pour prendre rendez-vous (70€/consultation): +32 2 660 21 00 Prendre rendez-vous en ligne

Devenir parents et rester amants : mission impossible?

Avoir un enfant bouleverse totalement l’existence. Entre les nuits courtes, les responsabilités décuplées ou les préoccupations incessantes, le temps file et la fatigue s’installe. Faire l’amour passe alors en second – et même en troisième… – plan. Zoom sur les raisons les plus fréquentes d’une sexualité en berne pour les jeunes parents. 

Cette tendance s’observe chez un grand nombre de couples : la période de transition qui suit l’accouchement correspond pour beaucoup à un ralentissement de la vie sexuelle. Ces difficultés sont fréquentes dans les 3 premiers mois qui suivent l’arrivée du bébé, et se prolongent parfois au-delà du 6ème mois.

Les études qui tentent de comprendre pourquoi il est difficile pour les jeunes parents de reprendre une vie sexuelle s’accordent toutes sur le rôle déterminant de la fatigue dans ce phénomène. Le nombre d’heures de sommeil diminue souvent radicalement, et sa qualité aussi. Or, une sexualité ne peut être totalement épanouie que si les besoins vitaux sont assouvis… Dormir est primordial, autant que boire et manger. La plupart des couples en viennent donc à sacrifier les moments câlins au profit de quelques minutes de sommeil supplémentaires.

Autre facteur important : la peur d’avoir mal. L’accouchement est une épreuve physique pour le corps de la mère, et beaucoup craignent que des séquelles persistent. Dans certains cas, l’anticipation même de ces douleurs suffit à décourager la femme à reprendre une vie sexuelle avec pénétration. Parfois, ces douleurs sont bien réelles : ces dyspareunies sont fréquentes surtout chez les femmes qui ont accouché par voie basse. Souvent, elles disparaissent d’elles-mêmes après quelques semaines.

Enfin, les bouleversements qu’entraîne l’arrivée d’un nourrisson ont une incidence psychologique énorme. Pour beaucoup de femmes, instinct maternel rime avec mise entre parenthèse de ses propres besoins : penser à soi devient secondaire par rapport au bébé. Cela se traduit très fréquemment par une diminution nette de son désir sexuel qu’on dit alors hypoactif. Pour l’homme également, cette période peut être perturbante : il doit trouver sa place dans ce nouveau schéma relationnel, et définir son rôle de père. Sa libido peut elle aussi connaître des baisses de régime. Enfin, certaines jeunes mamans peuvent aussi rencontrer des difficultés à atteindre l’orgasme – anorgasmie – qu’elles ne connaissaient pas avant. Dans de nombreux cas, ces « pannes » sont d’origine psychologique ou relationnelle : devenir parents est un apprentissage qui se fait souvent au détriment de l’entretien du couple. Se faire accompagner durant cette période pleine de bonheurs et de chamboulements permet dans la majorité des cas une reprise plus aisée de la sexualité en évitant une rupture d’intimité dans le couple.     

 

Share This